Une maison « parfaitement imparfaite »

Lorsque l’on entre dans la maison de Louise, on remarque tout de suite que le blanc est le protagoniste principal, malgré la présence de trois enfants en bas âge. Son secret est d’avoir appris à apprécier dans son lieu de vie les altérations, les traces d’usure, la peinture écaillée sous l’action du temps, soit tout ce qui est « parfaitement imparfait ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *